mercredi 31 décembre 2008

Je me souviens.............de quoi au juste ?

(Vous pouvez lire les messages d'autres blogueurs qui participent
à 400 ans-400 blogues ici)
Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir ! Dans quelques heures l'année 2008 sera chose du passé. Le 400e anniversaire de la fondation de Québec, notre capitale nationale, aurait dû et aurait pu être un moment fort dans la prise de conscience populaire de qui nous sommes et de ce nous voulons comme avenir. Au lieu de cela nous avons assisté à une avanlanche de spectacles, sans liens entre eux, dans le but d'amuser la foule. Et la foule a aimé ! 97% des Québécois sont satisfaits des festivités du 400e. Je dois être dans le 3% restant.

Je dois être dans le 3% qui aurait voulu des fêtes avec un sens. Par exemple, une activité de lancement le 31 décembre 2007 où il n'y aurait pas eu, entre autre, "the Pascale Picard Band" ni les chants latino mais plutôt un spectacle qui aurait donné le ton de l'année qui s'en venait.

J'aurais voulu palper, dans le cours de cette année de festivités, le courage dont ont fait preuve nos ancêtres qui ont construit ce pays. Le courage des premiers colons ayant affronté un froid comme ils n'en avaient jamais ressenti . J'aurais aimé réaliser l'expansion de la Nouvelle-France jusqu'au Golfe du Mexique et la vie des fondateurs de plusieurs grandes villes américaines. J'aurais apprécié pouvoir revivre la guerre de la conquête de 1759, le désarroi des colons de la Côte-du-Sud obligés de se réfugier dans les bois, leurs maisons et bâtiments de fermes ayant été incendiés par les Anglais; la Ville de Québec détruite en grande partie; les chambardements amenés par les nouveaux Maîtres du pays.

J'aurais aimé savoir comment les habitants de la Ville Québec ont vécu la révolte des patriotes de 1837, la création du Canada, la première et la deuxième Guerre Mondiale où nous avons été obligés de participer de force. Le Moulin à Images de Robert Lepage nous a fait revivre un peu de ces éléments mais jamais en profondeur.

Bien sûr que les Fêtes de Québec ne pouvaient pas qu'être un gand livre d'histoire. Il fallait aussi un volet culturel et festif. Un volet culturel qui réflétait notre image toutefois. Ce ne fut pas le cas, ou si peu. Un gros Festival d'Été oui, mais un mauvais Festival d'Été. J'ai l'habitude de venir passer les 15 jours du Festival à Québec depuis de nombreuses années. Cette année, je n'ai même pas acheté mon macaron. La programmation étant sans intérêt pour moi. Je ne pense pas qu'il y ait eu tant de spectacles en anglais que cette année.

Pour terminer, parlons de l'évacuation totale de nos symboles nationaux des Fêtes entourant la fondation de Québec et du Québec. Une série de rubans multicolores (sauf le bleu bien sûr) qui s'entremêlaient; des fanions de même teintes délavées mais le drapeau officiel de la Ville de Québec: Non!; le drapeau du Québec: Non !

Le Gouvernement Fédéral a mis la main sur l'organisation et sur l'orientation de ces Fêtes avec la complicité du Gouvernement du Québec et de la Ville de Québec. Il fallait que les Québécois ne se souviennent d'où ils viennent si l'on veut contrôler où ils vont.
Nous ne sommes que 3% à voir quelque chose qui cloche et c'est ce qui me chagrine le plus. La bataille pour la création d'un pays nommé Québec, qui fut celle me ma vie, serait-elle perdue ? Serait-il trop tard pour reprendre en main notre destinée ? Parfois, je fais mienne la belle chanson de Paul Piché: Chu pas mal mal partie pour sauver mon pays........!

Mais maudit y m'auront pas moi non plus. Jusqu'à ma mort, s'il le faut, je me battrai (même si la bataille semble perdue) pour que mes enfants et mes petits-enfants puissent vivre dans un pays bien à eux. Un pays de langue et de culture française sans complexe. Un pays ouvert sur le Monde. Un pays qui partage ses richesses entre ses citoyens et qui s'assure que tous ont une chance égale de s'épanouir. Un pays qui prend soin de ses jeunes comme de ses vieux. Un pays qui s'assure de ne pas dégrader la Terre où nous habitons et qui fait des choix énergitiques responsables.
Vive le Québec Libre !

lundi 29 décembre 2008

ContreInfo.info


Un de mes voisins a attiré mon attention vers un site bourré d'informations que vous ne lirez pas dans les médias traditionnels. ContreInfo.info "se donne pour objectif d’apporter à ses lecteurs informations et éclairages sur l’actualité française et internationale afin de leur permettre de mieux connaître le monde incertain dans lequel nous vivons et de comprendre les enjeux auxquels nous sommes confrontés. "

Si vous êtes préoccupé par ce qui se passe ou ne se passe pas sur notre petite planète et voulez aller au-delà du Téléjournal pour comprendre et agir, vous devez, comme moi, prendre l'habitude d'aller sur ce site régulièrement.

L'article ou plutôt la série de textes sur le choc pétrolier donne le vertige. Je ne sais pas comment nous arriverons à combler le retard pris par nos société devant la très prochaine pénurie de pétrole à bon marché. Nous agissons comme si nous avions du pétrole pour les 100 prochaines années. Contrairement aux croyances jusqu'ici établie, le pic de production de pétrole sera atteint, vraisemblablement, vers 2020, dans 11 petites années.

Un État comme le Québec, avec ses capacités de production hydro-électriques et éoliennes à bon marché, pourrait devenir un joueur énergitique important en Amérique du Nord. Avec une Ministre de l'environnement et du développement durable de grande envergure comme Line Beauchamp (ici, il faut rire car c'est du sarcasme) il ne fait pas de doute que le Québec a un plan sur 10 ans pour établir notre indépendance totale face au pétrole et mettre l'accent sur les sources alternatives d'énergie. Parlant d'indépendance, encore là il serait mieux d'avoir la capacité de signer des accords internationaux comme seuls les pays souverains peuvent le faire si nous voulons vraiment profiter de cette manne.

dimanche 28 décembre 2008

Une virée à Montréal avec Francis et Élyse !

Depuis quelques années, le grand-papa que je suis se fait plaisir en organisant un petit voyage de découvertes à Montréal avec son petit-fils aîné Francis. Cette année j'avais la joie d'être aussi accompagné d'Élyse ma fille cadette (qui nous donnera notre quatrième petite-enfant en février).

La première étape prévue consistait en un spectacle à la Cinquième Salle de la Place des Arts. L'Arche, conçu par L'Arsenal à musique et ainsi décrit sur leur site:

"Accessible à tous, cette production multidisciplinaire, puissante et débordante de fantaisie, jette un regard aiguisé sur le fragile équilibre entre l’homme et la nature. Des acrobates, un musicien-virtuose et des images à couper le souffle qui apportent, dans l’imaginaire du public, la sensation que l’avenir du monde relève de la responsabilité de tous. Le titre suggère à chacun d’entre nous comment il doit aujourd’hui remplir son arche. Quelles espèces allons-nous choisir, et en fonction de quels critères, pour les inviter à entrer dans l’Arche, notre maison, notre futur ?"

Nous avons, tous trois, bien apprécié. Une belle salle bien remplie d'une majorité d'enfants bien attentifs et réceptifs (signe que c'était bon). Des billets accessibles (10$ et 15$) et surtout on peux y aller en métro sans se casser la gueule sur les trottoirs glacés de Montréal. Quand on a un budget limité on ne peut malheureusement pas se payer les Casse-Noisette (105$), le spectacle de Noël de Québecissime (138$) ou le cirque Birdhouse Factory de la Tohu (115$).

De la Place des Arts nous avons repris le métro vers la station Viau et une sortie cinéma au StarCité situé sur Pierre-de-Coubertin. Un petit film produit par Walt Disney que je vous recommande "VOLT" (Bolt en anglais). N'oubliez surtout pas "Qu'un chat, un chien et un rongeur, voilà le secret du bonheur!" C'est la chanson thème du film bien traduite elle aussi.

En voci le synopsis:

"Vedette d'une populaire série télévisée, le chien super-héros Volt est tenu par la production à l'écart du monde réel. De fait, l'animal est convaincu que l'univers de science-fiction dans lequel il évolue avec Penny, une jeune actrice, est le seul qui existe. Jusqu'à ce que, croyant à tort que sa jeune maîtresse a été kidnappée, le fidèle cabot s'évade du studio afin de la rattraper. Or, dans ce nouveau monde inconnu auquel il est confronté, ses superpouvoirs, qui lui permettent de se tirer de tous les mauvais pas, sont inopérants. Qu'à cela ne tienne, Volt part à la recherche de Penny en compagnie de Mitaine, une chatte blasée, et Rhino, un hamster obèse."

Traduit au Québec (beau travail de Guy Jodoin, Claude Legault et de Frédérique Dufort) mais, de plus, retravaillé numériquement afin de changer même le nom du petit chien sur de nombreux éléments du film. Bel exemple de respect des auditoires francophones.

De retour à Place Versailles où je stationne habituellement mon automobile afin de prendre le métro (ne le dite pas aux gardiens de sécurité) nous prenons la direction de l'Auberge des Gouverneurs de l'Ile-Charron. Et pourquoi cet hôtel en particulier ? Premièrement parce qu'il me reste un certain nombre de chambres gratuites à utiliser (Après 14 nuitées on a droit à une nuit gratuite) et deuxièmement à cause des chevreuils. Une grande population de chevreuils vit dans l'archipel des Îles de Boucherville. Autour de l'hôtel il n'est pas rare d'en voir une dizaine venir manger près des baies vitrées.
Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil nous nous dirigeons chez IKEA pour faire des achats utilitaires. C'est sûr que Francis n'a pas apprécié mais Élyse et moi oui. Faut quand même être un petit peu égoïste après tout.






Toujours sur la Rive-Sud, direction St-Constant pour le Musée Ferrovière. Je n'étais jamais allé à ce musée. Par l'autoroute 30 l'accès au site se fait très bien. C'est beaucoup plus gros et impressionnant que je ne le pensait. De gigantesques locomotives parfaitement astiquées, des wagons de marchandises ou de passagers, parfois luxueux, que l'on peut visiter pour un bon nombre. Plus de 160 véhicules, une des plus grosses expositions en Amérique du Nord. Francis qui avait fait un exposé oral sur le sujet cet automne en était estomaqué.


Comme dernière activité de ce voyage dans la grande ville (la seule ville digne de ce nom au Québec à vrai dire) le Centre des Sciences de Montréal et son cinéma IMAX. Le film que j'avais privilégié en est un d'animation sur la première expédition lunaire. Ce n'est pas un film très haut coté; le scénario est pour ainsi dire absent mais c'est charmant comme tout et je me suis rendu compte qu'il faudra que je repeigne le module lunaire de mon modèle réduit de la fusée Saturne V (qui fait quand même 1 mètre de hauteur) afin qu'il se rapproche du véritable.








Plus d'infos sur ce film

Alors, à l'an prochain Francis. Dans quelques années je serai accompagné, dans ces voyages, par toi mais aussi par Claudia, Nicolas et Mia. On ne passera pas inaperçu c'est sûr !

samedi 27 décembre 2008

La lente mais inexorable assimilation des francophones du Canada !

Un petit article, fait pour passer inaperçu paru dans Cyberpresse de ce matin, a attiré mon attention sur la lente mais inexorable assimilation dont sont victimes les francophones du Canada.

C'est bien sûr que l'effet est moins évident, quoique présent, au Québec, dans le nord du Nouveau-Brunswick et l'est de l'Ontario mais, si vous enleviez l'obligation de fréquenter l'école en français au Québec nous assisterions à un raz-de-marée anglophone tant chez les allophones que chez les Québécois "de souche".

Je suis confronté, régulièrement, à l'assimilation des francophones d'Amérique. J'ai eu idée de regrouper, sur Facebook, tous les Bluteau d'Amérique et du Monde. J'en ai un bon lot à présent et au moins 25 % de ceux et celles qui sont devenus mes "amis", parmi les Bluteau, sont des anglophones de souche française. Il est facile de remonter la généalogie de ces Andrew, Chad, Bobby, Samantha et Lise Bluteau (qui vivent aux États-Unis ou au Canada) jusqu'à notre unique ancêtre, Jacques, venu de Vendée vers 1660. Ces jeunes Bluteau ont un père ou un grand-père francophone mais ne parlent déjà plus ni n'écrivent ou lisent le français.

Voici, in extenso, le texte de Cyberpresse qui nous porte à réfléchir à notre avenir en tant que francophone d'Amérique. Si les Québécois veulent garder non seulement leur langue mais aussi leur culture devant cette mer anglophone d'Amérique ils n'ont d'autre choix que l'Indépendance nationale. Et, même indépendant le Québec devra lutter pour tenir le fort mais il aura ainsi plus de moyens pour le faire.

"Le pourcentage de Canadiens qui parlent français à l'extérieur du Québec diminue lentement mais sûrement depuis des décennies, les enfants francophones abandonnant leur langue natale lorsqu'ils commencent à fréquenter des écoles anglophones, fondent des foyers avec des conjoints anglophones ou travaillent dans des milieux anglophones.

Le nombre de foyers manitobains où le français est la première langue parlée a généralement reculé d'un pour cent entre 2001 et 2006, d'après les données de recensement de Statistique Canada.En Ontario, ce recul a été de 0,2 pour cent, tandis que le nombre de foyers francophones a chuté de 12 pour cent en Saskatchewan et de 1,6 pour cent au Nouveau-Brunswick - la seule province officiellement bilingue au pays.
Un survol des quelques dernières décennies révèle un changement encore plus marqué. Entre 1951 et 2001, le pourcentage de personnes à l'extérieur du Québec qui citent le français comme langue maternelle est passé de 7,3 pour cent à 4,4 pour cent.

Cette chute créée un genre de cercle vicieux. Comme les francophones sont moins nombreux, ceux qui restent ont plus de difficulté à trouver des amis, des voisins ou des commis de magasins qui parlent le français. Et si les enfants francophones ne peuvent pas parler français dans le cadre de leur routine quotidienne, il est moins probable qu'ils continuent à parler cette langue lorsqu'ils deviendront adultes.

«A l'extérieur du Québec, la prédominance du français dans les différents domaines sociaux n'est une réalité que dans certaines régions du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario, pour la plupart limitrophes du Québec», précise Statistique Canada dans un rapport publié en 2007."

jeudi 25 décembre 2008

25 décembre 2004.

Borys Wrezesnewskyj m'a envoyé une carte de Noël ! Quand j'ai reçu cette missive du Parlement Fédéral je me suis dit que c'était sûrement une erreur. Que ce député dont le nom de famille vaut une petite fortune au Scrabble s'était sûrement trompé de liste pour envoyer ses cartes ou que les Conservateurs tentaient un nouvel épisode de charme envers les Québécois.


J'ai donc entré le nom de ce député sur Google et j'ai compris. J'ai compris le lien entre Borys et la mission d'observation en Ukraine auquel j'ai participé en décembre 2004. Ce député fédéral avait été à l'origine de la mise sur pieds d'une mission d'observation comme nous n'en verrons sûrement plus au Canada. Plus de 500 personnes ont été mobilisées. J'ai envoyé mon CV et, grâce à l'expérience accumulée en travail électoral, j'ai été sélectionné. Il faut se souvenir qu'une élection présidentielle entachée d'irrégularités avait été annulée par la Cour Suprême d'Ukraine et qu'une nouvelle élection avait été décrétée pour le 26 décembre 2004.















J'étais à Kiev le 25 décembre 2004. L'ambiance était survoltée sur la Place de l'Indépendance. Jour et nuit des milliers de militants et de militantes dans des centaines de tentes occupaient la Place. Le soir venu, des dizaine de milliers de personnes étaient présentes pour applaudir les chanteurs, poètes et politiciens venus appuyer la "révolution orange". Que de ferveur j'ai alors palpé. Une ferveur mystique tout autant que politique. Un peuple en marche. Quelle chance d'être témoin d'un tel évènement historique. Un Noël comme celui de 2004 ne peut jamais s'oublier.

C'est cette ferveur qu'il manque à notre peuple. Bien sûr, il ne faut pas être dupe, cette révolution orange était en grande partie fomentée par l'Occident et les États-Unis en tête avec des intérêts bassement mercantiles. Toutefois, des graines de démocratie et de pouvoir populaire semées en Ukraine en 2004 germera sans doute une nation forte et indépendante dans quelques années. Quand un peuple accède à son indépendance, nul ne peut lui enlever par la suite.

mercredi 24 décembre 2008

Un certain 24 décembre 1968 !


Le 24 décembre 1968, pour la première fois, des humains tournaient autour de la Lune. La mission Apollo 8 avait été lancée le 21 décembre. Je me souviens encore, comme si c'était hier, des longues minutes d'attente, à l'antenne de Radio-Canada en compagnie d'Henri Bergeron (qui animait ces émissions spéciales) et de Professeur Marcel Sicotte (le scientifique qui commentait les évènements), lorsque le module lunaire a contourné la lune pour la première fois. La mise en orbite pouvait avoir trois issus: soit la masse de la lune catapultait nos astronautes vers l'infinie, soit ils s'écrasaient sur notre satellite ou se mettait en orbite autour de celui-ci. Après de longues minutes Apollo 8 était en orbite et tout le monte en avait les larmes aux yeux.

"L'allumage des propulseurs se fit 69 heures 8 minutes et 16 secondes après le lancement, le moteur brûla pendant 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire. L'équipage décrivit cet instant comme les « quatre plus longues minutes de leur vie ». Si la propulsion n'avait pas duré exactement le temps prévu, le vaisseau aurait eu une trajectoire très excentrique voire aurait été éjecté dans l'espace. Si elle avait trop duré, ils se seraient écrasés à la surface de la Lune. Après s'être assurés que le vaisseau fonctionnait, ils eurent l'occasion de jeter un œil à la Lune, autour de laquelle ils allaient être en orbite pendant 20 heures.

Sur Terre, le centre de contrôle attendait. S'il y avait eu un problème, le vaisseau apparaîtrait trop vite et les corrections devraient être effectuées rapidement. Au moment prévu, un signal fut reçu en provenance du vaisseau, confirmant son orbite (311,1 km par 111,9 km) autour de la Lune." (source: Wikipédia)

Pour la première fois aussi les terriens pouvaient voir leur planète de l'extérieur. Cette belle boule bleue on ne l'avait qu'imaginé auparavant. C'était le début d'une conscience planétaire.

Quelques mois plus tard, les humains débarqueront sur la Lune. Il me semble que cette année 1968 a été un grand millésime. Les boulversements de Mai, l'assasinat de Bob Kennedy et de Martin Luther King, la guerre au Vietnam qui prenait un tournat avec l'offensive du Têt, le printemps de Prague. Je suis bien heureux d'avoir vécu cette période tumultueuse et d'avoir eu conscience de la vivre.


lundi 22 décembre 2008

J'aurai la chance de travailler à Équiterre !


Douze jour sans écrire sur mon blog ! Un record de silence. Quoi de neuf dans ma vie ? J'ai accepté d'occuper un poste à temps partiel pour Équiterre à compter du 6 janvier. J'avais répondu à une petite annonce parue dans Le Soleil en septembre; on demandait un "agent de liaison auprès des groupes d'action bénévole". Après douze année à faire ce travail au Parti Québécois je me croyais qualifié pour occuper le poste. Pour les habitués de mon blog, vous connaissez mes préoccupations pour le développement durable, le transport collectif, les changements climatiques et l'économie solidaire.

J'ai donc pris cette offre d'emploi comme un privilège qui s'offrait à moi de continuer à militer à temps plein dans un domaine qui me passionne. Après quelques entrevues, on m'a offert des conditions de travail intéressantes et j'ai accepté. Comme c'est un travail à temps partiel (16 heures/semaine) je suis donc disponible pour un deuxième emploi. Alors, si vous connaissez un employeur intéressé à utiliser mon expérience de soutien à l'action bénévole, faites-moi signe.


mercredi 10 décembre 2008

Un autre leader populiste à l'ADQ ?

Nous apprenons ce matin dans les média que Stéphane Gendron, maire de Huntingdon, pourrait être intéressé à chausser les bottines de Mario Dumond comme leader de l'ADQ. Qui se ressemble s'assemble dit-on ! L'animateur TV-Radio "loose cannon" serait bien à l'aise dans ce parti qui fait flèche de toutes controverses et qui aime jouer au pyromane sans savoir comment éteindre les feux allumés.
Voici un florilège de quelques controverses, recencées par un rédacteur de Wikipédia, auquelles Stéphane Gendron a été mêlé dans le passé et qui pourrait sûrement resurgir dans le cas où celui-ci décidait de plonger dans la course à la direction qui s'engage à l'ADQ:

"Le 13 juillet et le 24 juillet 2005, à l'émission "Couvre-Feu", sur les ondes du 98,5 FM, où il était invité à commenter l'actualité, Stéphane Gendron critique la décision du gouvernement du Québec qui, invoquant un manque de données scientifiques, hésitait à rendre accessible le Herceptin, un médicament contre le cancer du sein. Gendron traite le premier ministre Jean Charest de «meurtrier», d'«imbécile» et de «menteur», l'accuse de «faire mourir le monde» et insinue qu'il souffre d'un «cancer du cerveau». Le maire de Huntingdon ajoute que si sa propre épouse était atteinte d'un cancer du sein, il se rendrait lui-même à Québec pour administrer une «raclée» à Jean Charest, qui en «mangerait toute une» selon lui. Le premier ministre fera parvenir une mise en demeure à Stéphane Gendron, qui s'excusera en ondes. Il s'agissait de la première, et seule fois, que Jean Charest réagissait par le biais d'avocats à une charge personnelle lancée par les médias. Ironiquement, le gouvernement a rendu le Herceptin accessible le 22 juillet.

En ondes à TQS en août 2006, lors du conflit entre Israël et le Liban, Gendron a comparé les Israéliens à des « nazis des temps modernes ». L'animateur fut pressé de nuancer ses propos, et de préciser qu'il visait le gouvernement de l'État d’Israël et non sa population.

En décembre 2006, Gendron a été sanctionné par le Barreau du Québec, qui l'a déclaré coupable de deux infractions à son code de déontologie. Peu après, il fût radié de l'ordre et n'est donc plus avocat à ce jour. À TQS le 31 mai 2006, l'animateur avait attaqué la juge Lise Côté de la Cour d'appel, suite à une peine jugée trop clémente à l'endroit d'un père incestueux ayant agressé sa fille de 4 ans et diffusé les images des agressions sur internet. Stéphane Gendron avait traité la juge Côté de «très déshonorable», de «juge sans jugement», de «savante juge ignorante déchue intellectuellement», de «maudite épaisse», de «honte nationale», de «folle», de «femme frustrée» et de «bonniche de service» L'avocat ne s'est pas présenté à l'audition de sa cause en octobre, puis a brûlé le jugement en ondes à la télévision.

Le 18 décembre 2006, il a été renvoyé de TQS à cause du trop grand nombre de plaintes portées contre lui.Cette raison s'est avérée fausse par la suite, le seul plaignant étant l'ex-Député libéral provincial André Chenail ayant réclamé la peau de l'animateur en mettant de la pression sur le réseau TQS. Le principal intéressé estime que, contrairement à ce que le réseau a mentionné dans son communiqué, il n'a jamais été informé des plaintes à son endroit. Il affirme aussi que sa participation à l'émission Tout le monde en parle à Radio-Canada a déplu à ses patrons.

Le 28 mars 2007, on apprend que la veille, Corus Québec décide de ne pas renouveler le contrat de l'animateur de l'émission Le Couvre-feu, il doit ainsi quitter la station, sans être congédié. "

mardi 9 décembre 2008

Bravo Pauline !


Au lendemain de cette élection dont personne ne voulait, il faut vraiment lever notre chapeau à Pauline Marois. Elle a pris un parti dans la dèche au lendemain de la pitoyable performance d'André Boisclair à l'élection de 2007. Moins de deux ans plus tard madame Marois a réussi à nous amener à un cheveu du pouvoir. Avec 51 députés, nous formerons une opposition officielle des plus dynamique et compétente. Il y a dans ces 51 députés tellement de talent qu'il ne sera pas difficile de partager les rôles de porte-parole à l'Assemblée Nationale. Une opposition constructive qui devra faire ressortir les limites des pouvoirs provinciaux du Québec à toutes les occasions possibles. Une opposition qui démontrera les avantages pour le Québec de récupérer ses pleins pouvoirs en ces temps d'incertitude économique. Alors, bravo et merci Pauline ! Vous auriez pu demeurer dans une retraite dorée entourée de votre famille mais vous avez plutôt décidé de vous battre pour le Québec. Vous serez notre prochaine Première Ministre au plus tard en 2012.

vendredi 5 décembre 2008

La fin du Canada !


Nous vivons un moment historique sans vraiment nous en rendre compte. Le Canada est en train de se défaire sous nos yeux; une séparation en douceur quoi ! Dans un article publié sur mon blog le 5 octobre et intitulé "À une semaine de la balkanisation" je rapportais un texte paru dans L'Aut'Journal quelques jours auparavant. Pierre Dubuc demandait aux Québécois de voter pour le Bloc et y voyait un vote stratégique pour la souveraineté. Il décrivait, en quelques phrases bien tournées, la situation que nous vivons actuellement avec la crise parlementaire à Ottawa.

Je ne suis pas nécessairement un adepte de la politique-fiction mais ce matin j'ai le goût de me laisser aller. Les travaux de la Chambre des Communes sont suspendus jusqu'à la fin de janvier. Le Parti Conservateur profitera de ces deux mois de répit parlementaire pour faire campagne hors-Québec sur l'usurpation du pouvoir, le "coup d'État" qu'a fomenté la coalition formé des Libéraux et du NPD appuyée par les méchants séparatistes du Québec. Deux mois de Quebec bashing en somme. Un budget sera présenté le 27 janvier; il sera battu par l'Opposition et des élections générales seront déclenchées.

Nous verrons alors deux Canada surgir des urnes. Un Gouvernement Conservateur fortement majoritaire au Canada anglais et un balayage historique du Bloc au Québec. Le Bloc formera alors l'Opposition officielle à Ottawa. Ce Gouvernement Conservateur anti-Québec mettra la table pour l'élection, en 2012 d'un gouvernement du Parti Québécois à Québec qui gagnera un référendum sur la souveraineté.

Un beau scénario qui donne des ailes mais il faudra travailler fort pendant quatre ans afin que le Parti Québécois soit fortement majoritaire en 2012 et qu'il ait eu le mandat de tenir un référendum sur la souveraineté une fois élu. Je pense qu'il faudra revenir à notre jeu de base, celui d'un parti souverainiste qui parle de souveraineté avant, pendant et après les élections comme le disait monsieur Parizeau.

samedi 29 novembre 2008

Le Babine de Luc Picard et Fred Pellerin !



À voir absolument: le film Babine de Luc Picard inspiré des contes de Fred Pellerin. Je trouve l'imaginaire de Pellerin tellement éclaté que j'avais hâte, vraiment hâte d'en voir la transposition au cinéma. C'est vraimet réussi et je vous invite à vous précipiter à votre cinéma le plus proche afin de vous y aérer l'esprit. Voici la bande annonce du film pour vous ouvrir l'appétit.




Les critiques sont très positives à date. Et pour cause! J'étais parmi les premiers spectateurs vendredi midi au Clap et je suis persuadé que ce film aura un grand succès populaire. Les acteurs y sont tous excellents mais je soulignerais le travail de Luc Picard, d'Alexis Martin, de René-Richard Cyr et du Babine de Ste-Élie-de-Caxton, Vincent Guillaume Otis.

dimanche 16 novembre 2008

Un disque coup de coeur !


Si vous ne deviez acheter qu'un disque cet automne je vous conseille l'album "Douze hommes rapaillés". Des textes de Gaston Miron bien sûr; des musiques de Gilles Bélanger et les voix de douze de nos meilleurs interprètes. Que demander de plus ? Les critiques sont élogieuses ! Le Devoir écrit, sous la plume de Guillaume Bourgault-Côté: "Un album majeur pour célébrer Gaston Miron" . Le chroniqueur Francis Hébert de l'hebdo culturel VOIR quant à lui écrit: "Il y a une jubilation à entendre chanter ces textes rapaillés dans un écrin musical essentiellement acoustique et riche. Du travail remarquable. "


Je vous invite, pour vous donner l'eau à la bouche, à écouter des extraits du disque sur le site de la maison de disques Sélect. Un pur bonheur !

samedi 15 novembre 2008

Jean-François Lisée, mon ¾ gourou !

Je voue, vous le savez déjà si vous lisez régulièrement mon blog, une admiration sans beaucoup de bornes envers Jean-François Lisée. Habituellement, je suis plutôt en accord avec les idées nouvelles qu'il apporte et qui contribuent à faire avancer le débat chez les socio-démocrates. Je dis bien "habituellement" car je n'étais pas (et ne suis toujours pas) sur la même longueur d'ondes que monsieur Lisée sur la place que la religion doit occuper à l'école.

Je ne me suis pas encore procuré son nouvel essai intitulé "Pour une gauche efficace". Sa première lectrice, sa soeur Marie-Claude, m'avait dit le plus grand bien de ce livre que j'attendais avec impatience. À ma prochaine visite chez le libraire, ce bouquin sera le premier sur ma liste d'achat.

En attendant, Louis Cornellier, dans Le Devoir d'aujourd'hui en fait un bon résumé . "Riche catalogue d’idées originales visant à faire du Québec un paradis de la qualité de vie pour tous, Pour une gauche efficace constitue, en effet, un très stimulant remue-méninges qui pourrait faire office de programme gouvernemental de centre gauche." écrit-il d'entrée de jeu.
Pourquoi une personne de cette qualité hésite à se lancer en politique active? Je lisais, encore dernièrement, que ce n'est pas sur son écran radar. Il me semble, quand on croit en l'avenir du Québec comme lui et qu'on est bourré de talents, qu' il y a comme un devoir moral de faire autre chose que d'écrire et de conseiller. Je suis persuadé, mon ¾ gourou, que votre place est de sauter dans l'arène politique et venir nous aider à faire, de ce petit coin de planète qu'est le Québec, un ilôt prospère, vert et solidaire.

jeudi 13 novembre 2008

L'étoile HR8799 dévoile ses secrets à trois chercheurs québécois.


wow ! Quelle nouvelle aujourd'hui dans le monde scientifique et astronomique. On vient de réussir à photographier trois planètes en dehors de notre système solaire. Trois belles gazeuses autour de l'étoile HR8799 située dans la constellation de Pégase. Dommage que mes instruments soient remisés pour l'hiver car je me serais rivé le nez à mon oculaire pour voir ce beau soleil parmi tant d'autres. L'astronomie est une passion depuis ma tendre jeunesse. Je m'étais acheté mon premier télescope vers l'âge de 10 ans. Une simple lunette astronomique que j'ai encore mais que j'ai grandement abimé en voulant la pointer vers le soleil, non pas pour le regarder directement connaissant le danger que cela représente, mais pour tenter une expérience de projection sur une feuille de papier.
Cet été, j'ai décidé de m'équiper sérieusement. J'attends toujours la livraison de mon nouveau télescope Orion de 30 centimètres. Que de plaisir en perspective quand la belle saison sera revenue.

Bravo donc à Christian Marois, René Doyon et David Lafrenière. La communauté scientifique québécoise et mondiale vous remercie et vous félicite pour cet exploit. Évidemment Radio-Canada a parlé de trois chercheurs "canadiens" et non "québécois" . C'est normal !

lundi 10 novembre 2008

Le déni de l'évidence ou l'assimilation tranquille !


Vous avez remarqué que je suis moins présent sur mon blog depuis quelques semaines. C'est que je suis en campagne électorale jusqu'au 8 décembre. Jean Charest nous a précipité en élection alors que la population n'en volait pas et qu'il n'est élu que depuis 18 mois. 83 millions de dollars jetés à l'eau. Je ne suis pas candidat (je n'aurais pas le courage nécessaire) mais soutiendrai de toutes mes forces Guy St-Pierre, qui se présente dans ma circonscription de Lotbinière pour représenter le Parti Québécois. Voilà pour justifier mes absences blogulaires.


J'ai lu ce matin dans mon Soleil quotidien (dont je n'ai toujours pas digéré la version amincie dans tous les sens) un billet, le premier d'une série, de Régis Tremblay sur la chanson francophone en voie de disparition au Québec. Intitulé justement "Chanson francophone: le déni de l'évidence" Tremblay écrit en début d'article: "Par ce mardi tranquille du 30 septembre 2008, l'Observatoire de la culture et des communications du Québec publiait un communiqué laconique... et explosif. En 2007, pour la première fois de l'histoire de notre show-business, le public québécois s'est fait plus nombreux aux spectacles de chanson anglophone qu'à ceux de chanson francophone." Le ton est donné !

Nous sommes au bord du précipice de l'anglicisation totale du Québec dans l'indifférence totale. Une anglicisation sans bruit, sans problème comme la mort lente d'une vieille personne. Comme le disent si bien Sylvain Cossette et Pascale Picard "toutes ces histoires de langue sont dépassées". On offre ce que le public veut recevoir. Il y a quelques années Sylvain Lelièvre avait écrit une chanson "Lettre de Toronto" sur le même thème mais le but de son jeune chanteur était de "pogner" aux États-Unis. Maintenant, c'est au Québec qu'on peut "pogner" en chantant en anglais. Moyen changement !

Régis Tremblay termine son article en écrivant: "Tout serait tellement plus simple, sans cette damnée langue française! Pourquoi avoir attendu 400 ans pour finalement prendre la lucide et courageuse décision de s'angliciser? Alors que nos prédécesseurs se sont battus pour sauver leur langue maternelle, la langue de leurs mères et de leurs tripes, alors que nos héros et nos ténors nationaux se sont fourvoyés en menant cette lutte insensée pour la survivance, une poignée d'artistes futés et avisés a enfin compris les aspirations profondes d'un peuple transformé en public!" Un peu pas mal décourageant. Et dire que ce peuple a passé proche de faire son indépendance en 1995; que 60% des francophones du Québec ont dit OUI. Se peut-il qu'en 13 ans un si grand changement se soit opéré. Dur à comprendre les Québécois !

En terminant, voici le texte de la chanson de Sylvain Lelièvre:

LETTRE DE TORONTO

Salut Sylvain, comment ça va vieux frère?

Tu m'excuseras si j'ai pas trouvé le temps

De t'écrire avant mais y se passe trop d'affaires

Pis Toronto c'est pas la rue Saint-Jean

Ça fait six mois que je fais partie d'un groupe

Je joue des claviers, pis c'est plus que trippant

Faut dire qu'icitte, la musique est au boutte

Plus rien à voir avec nos shows d'avant

Prends pas ça mal, j'aime encore tes poèmes

Mais c'est fini le trip des boîtes à chansons

Faut penser gros pour détruire le système

Pis les Anglais, y'a rien à faire, ils l'ont

Si tu voyais le stock qu'on déménage

Juste pour te dire, ça nous prend deux camions

Plus rien qui manque quand on part en voyage

Pis pus jamais de maudit problème de son

Je t'envoie les mots d'une toune que je viens d'écrire

C'est pas de ma faute, chus meilleur en anglais

Mais si des fois, tu pouvais me la traduire

Ben entendu, c'est moi qui la chanterais

On vient de signer cinq ans chez C.B.S.Y nous ont dit que tout ce qui nous manquait

C'est une toune française pour le marché de l'estSont forts à CHOM, t'inquiète pas du succès

Le mois prochain, on part pour Los Angeles

Vu que note gérant est en Californie

On a compris qui ce qui tire les ficelles

Et si des soirs je m'ennuie de mes amis

Mon seul pays maintenant c'est la musique

Pis la musique, c'est les États-Unis

Viens faire un tour avant d'être folklorique

Tu verras bien si c'est vrai ce que je te dis

mardi 4 novembre 2008

On a gagné !


À 23 heures mardi soir le verdict des électeurs tombait et les réseaux de télévision américains annonçaient la victoire de Barack Obama. Il devient alors le 44e président américain. Le premier afro-américain à occuper ce poste. Cette élection, outre son symbolisme, représente tout un changement au niveau de la politique américaine et internationale. Le Monde tel que nous le connaissons ne sera plus le même à partir de ce mardi 4 novembre 2008.

Le Président noir Palmer de 24 heures chrono était une fiction difficile à croire il y a 2 ans. On se disait alors qu'il serait étonnant que les Américains réalisent ce rêve à court terme. Il y a deux ans nous avions encore de la difficulté à nous souvenir du nom de ce politicien américain qui avait tant de charisme et qui semblait lorgner vers la Maison Blanche. Qui aurait cru, il y a un an à peine, qu'Hillary Clinton ne serait pas la candidate démocrate à l'élection présidentielle ?

Merci au peuple amécirain de nous avoir donné ce grand espoir de paix basé sur une nouvelle attitudes des États-Unis. Yes we can !


dimanche 2 novembre 2008

Moi aussi j'ai peur monsieur Foglia !

Je vous invite à lire le texte de Pierre Foglia dans la Presse d'hier et intitulé "J'ai peur de mardi". Moi aussi j'ai une peur bleue de ce mardi 4 novembre. Il me semble impossible que les citoyens américains fasse le grand saut et passent de Bush à Obama. Je veux bien croire à la théorie du retour du balancier mais quand même. Bien sûr il ne faut pas oublier que Bush a volé sa dernière élection en Floride et que finalemenet ce sont des juges qui ont scellé l'issue du vote. Mais je pense que la machine à voler des élections doit être encore plus active cette fois. J'entendais hier à un bulletin de nouvelles de TV5 des américaines blanches, d'origine française, et demeurant aux États-Unis depuis des lunes déclarer qu'elle voteraient démocrate cette fois-ci contrairement aux élections précédentes mais qu'elles avaient toujours un petit doute sur le patriotisme de Barack Obama. Et tout à coup ces noirs non instruits se prendraient pour d'autres et devenaient trop fiers et voudraient occuper des postes qu'ils n'ont jamais occupé. Et tout à coup un président noir prendrait le parti des pauvres et des démunis et voudrait réellement distribuer la richesse.

Barack Obama est le seul noir membre du Sénat américain et il n'est que le troisième de l'histoire des États-Unis à avoir occupé un poste dans ce cénacle. La marche est donc haute pour les Américains; oseront-ils la franchir ? Dans l'intimité de l'isoloir auront-ils peur et les vieux démons du KKK reviendront-ils hanter les consciences ? Il ne resque que 48 heures avant de le savoir. Je serai, pour ma part et comme des millions de personnes aux États-Unis et à travers le Monde rivé à mon écran de télévision et d'ordniateur à suivre cette soirée électorale de mardi. En espérant que l'histoire finisse bien comme dans la plupart des films américains.

dimanche 26 octobre 2008

Une occasion en or de faire avancer le débat sur la souveraineté !

J'arrive de la Conférence des Présidents et Présidentes du Parti Québécois qui se tenait à Québec samedi et dimanche. Le discours de madame Marois, lors de l'ouverture de cette rencontre a été livré avec une énergie hors du commun. Dès qu'il sera en ligne sur le site du Parti, je vous le mettrai en lien.
On nous a aussi présenté un Manifeste pour la souveraineté , un argumentaire (qui reste à paufiner) et une vidéo qui devrait nous servir à faire la pédagogie de notre cause.


Il n'en tient maintenant qu'à nous de reprendre le bâton du pèlerin. Nous avons abandonné la diffusion d'arguments en faveur de la souveraineté au lendemain du référendum de 1995. Treize années (dont 8 au Gouvernement) de temps perdu. Il est par ailleurs surprenant que, en dépit de cette halte dans la pédagogie de l'indépendance, l'option souverainiste recueille encore autour de 40% d'adhésion auprès des québécois dans les sondages d'opinion.

Bientôt, une tournée des institutions d'enseignemetn sera organisée sur le thème de l'accession du Québec au rang de pays; une série de fascicules thématiques sera disponible sur internet; les partenaires de la souveraineté seront mis à contribution et une tentative de mise en commun et de concertation des efforts des partis politiques indépendantistes est déjà amorcée.

J'ai l'impression que la locomotive des souverainiste s'est remise en marche en cette journée d'automne 2008.

dimanche 19 octobre 2008

L'orgasme d'André Pratte de la Presse !


Sur Cyberpresse de ce matin André Pratte parle du "Québec libre de Sarkozy" . Il semble à prendre tellement de plaisir à écrire ce billet tendancieux qu'on le croirait en transe. Il écorche au passage la réation de la cheffe du Parti Québécois, madame Pauline Marois. Là-dessus je ne peux qu'être en accord avec lui. Madame Marois n'avait probablement pas entendu les propos tenus par Sarkozy en conférence de presse et qui font saliver d'aise nos adversaires fédéralistes. Elle était à l'Assemblée Nationale et a réagi au discours diplomatique prononcé par le Président français en ces lieux. Toutefois, il me semble qu'un attaché de presse a mal fait son travail et que madame Marois aurait dû être avertie de la déclaration faite en conférence de presse par Nicolas Sarkozy: "Parce que le Canada a toujours été un allié de la France, qu'il est membre du G8, et franchement s'il y a quelqu'un qui vient me dire que le monde aujourd'hui a besoin d'une division supplémentaire, c'est qu'on n'a pas la même lecture du monde." Il me semble clair qu'il ne parlait pas de la situation économique mondiale mais de la souveraineté du Québec.

Toutefois, quand Pratte écrit: "C'est que visiblement, dans l'esprit du président de la République, le Québec n'a pas besoin d'être indépendant pour prendre sa place dans le monde. Le Québec n'a pas besoin d'être indépendant pour prospérer. Le Québec n'a pas besoin d'être indépendant pour être libre." qu'il déraille complètement. Le Québec serait vraisemblablement le seul État qui peut prendre sa place dans le Monde sans être indépendant. Le Québec prendra sa place dans le Monde occupera un siège à l'Unesco, à l'ONU et dans d'autres instances décisionnelles mondiales que le jour où il sera un pays.

Comment peut-0n prospérer monsieur Pratte quand on ne contrôle que la moitié de son coffre à outil. Le SPQ Libre, dans son analyse de la dernière élection fédérale écrivait, à ce sujet: "le Québec, simple province, ne possède pas les outils économiques, financiers et monétaires nécessaires à une nation pour s’autodéterminer. Aujourd’hui, plus de 50% de l’activité économique passe par l’intervention de l’État. Avec un demi-État, on ne produit que de la demi-richesse. "

vendredi 17 octobre 2008

Vas donc chier Sarkozy !


«J'ai toujours été un ami du Canada. Parce que le Canada a toujours été un allié de la France. Et Franchement, s'il y a quelqu'un qui vient me dire que le monde a aujourd'hui besoin d'une division supplémentaire, c'est qu'on n'a pas la même lecture du monde». Ainsi s'exprimait le Président français Nicolas Sarkozy cet après-midi à Québec. Non mais, de quoi je me mêle ? Un bon nombre d'États se sont créés depuis 10 ans et ils ont tous reçus l'aval de la France, des pays du G8 et de la communauté internationale mais à partir d'aujourd'hui, fini les folies, plus de division Nicolas l'a décrété. Les alliés du Québec en France ne se situent pas du côté de la business et des amis de Paul Desmarais; les alliés du Québec se trouvent à gauche. Heureusement, les jours de Nicolas Sarkozy sont comptés outre atlantique. Avec l'élection de Barack Obama le 4 novembre au États-Unis, un vent de changement soufflera sur le Monde un peu comme celui qui a soufflé au début des années '60 avec l'élection de Kennedy. Ce vent emportera les petites personnes comme Nicolas Sarkozi et congénères.

mercredi 15 octobre 2008

D'une élection à l'autre !


Voilà qui est fait. Nous sommes encore pris avec un gouvernement Harper pour les prochaines années. Heureusement il devra diriger sur ses gardes puisque minoritaire. Les régions de Québec et de la Chaudière-Appalaches, territoire bleu isolé du Québec, a réélu ses députés conservateurs majoritairement débiles légers. Le Premier Ministre devra trouver, dans cette délégation, quelques ministres potables ou potiches.

J'aurais bien aimé qu'André Arthur subisse la défaite dans sa circonscription mais la division du vote a fait en sorte qu'il pourra encore, en plus d'être député, chauffer son autobus, faire des pubs radio et animer une émission quotidienne à TQS; ce monsieur a de grand besoins financiers.

Dans ma circonscription de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière le Bloc a perdu 5 % par rapport aux résultats de la dernière élection. Manifestement, une partie des souverainistes ne votent plus Bloc ou s'abstiennent. J'ai hâte de voir les résultats détaillés par municipalité afin de constater l'état de situation dans Lotbinière et dans les Chutes-de-la-Chaudière.
Nous avons à préparer une élection québécoise à courte ou à moyenne échéance et les souverainistes désertent le Parti Québécois ou s'abstiennent aussi lors d'un scrutin québécois. Comment faire pour redevenir une force d'attaction ? À moins qu'ils ne mentent effrontément aux sondeurs, les québécois se disent toujours souverainistes à plus ou moins 40 %.
La prochaine élection québécoise, si elle se veut gagnante et mobilisante, devrait donc tourner autour de notre projet de pays pour le Québec. Je souhaite que nous ayions du temps pour retourner sur le terrain avant cette élection. Que nous puissions aller voir les citoyens et expliquer la nécessité de l'indépendance et en quoi elle peut les aider dans le quotidien.

mardi 14 octobre 2008

Chanson thème du Bloc Québécois: excellente mais éphémère !

Ma conjointe Francine m'a demandé, durant toute la campagne, si j'avais entendu la chanson thème de la campagne électorale du Bloc Québécois; elle la trouvait formidable et se demandait bien qui pouvait en être l'auteur et qui la chantait ? À venir jusqu'à hier je ne l'avait pas entendu et j'étais sur le point de manquer vraiment quelque chose. Il est dommage que cette chanson thème n'ait pas une vie plus longue que celle, éphémère, d'une campagne; elle mériterait plus. J'ai vraiment hâte que les souverainistes se trouvent un chant de ralliement à entonner lors de nos réunions publiques. Quelque chose de bien écrit, d'évocateur et de mobilisateur; quelque chose qui nous donne des frissons. Et je ne parle pas d'un hymne national, c'est autre chose qui viendra avec le pays; je ne parle que d'un simple chant de ralliement.

Le Bloc répond Présent!

J’ai pas envie de me taire
J’veux pas qu’on me dise quoi faire
Je dérange dans les ministères
J’en ai assez d’être locataire
Je préférerais être propriétaire
Reprendre possession de ma terre
Gens de guerre, doctrinaires
Qui se foutent de mon air, de mes rivières
Pour enrichir les pétrolières
Quand à ma langue on fait des misères
Que ma culture devient secondaire
J’peux pu laisser faire

REFRAIN
Avec cœur et avec force
Pour une cause à défendre
Sans peur et sans reproche
Avec cœur et avec force
Allons nous faire entendre
Le Bloc répond Présent!
Le Bloc répond Présent!

Si parfois, j’ai l’air en colère
C’est pas juste mon caractère
C’est parce que je suis fier
L’arrogance, c’est pas notre façon de faire
On aimerait plus de respect dans vos manières
Au Québec on préfère, les gens solidaires

Avec cœur et avec force
Pour une cause à défendre
Sans peur et sans reproche
Avec cœur et avec force
Allons nous faire entendre
Le Bloc répond Présent!

Un peuple, une âme, une nation
Un rêve, une voix, une raison
Le Bloc répond Présent!
Un peuple, une âme, une nation
Le Bloc répond Présent!
Un rêve, une voix, une raison
Avec cœur et avec force
Pour une cause à défendre
Sans peur et sans reproche
Avec cœur et avec force
Allons nous faire entendre
Le Bloc répond Présent!
Avec cœur et avec force
Pour une cause à défendre
Sans peur et sans reproche
Avec cœur et avec force
Pour qu’on nous respecte
Présent pour le Québec
Un peuple, une âme, une nation

dimanche 12 octobre 2008

Les "spins" destructeurs et la rumeur assassine !


Je suis allé, cet après-midi, à une assemblée publique du Bloc Québécois à Lévis en appui à nos candidats de la Chaudière-Appalaches. Gilles Duceppe était présent et l'ambiance était vraiment survoltée. J'admire Gilles Duceppe; ses arguments sont toujours éloquents et il a le sens du clip tellement important de nos jours. Bien sûr que la presse ne parlera pas de cette assemblée enthousiaste de Lévis, on aimera mieux parler de l'altercation de monsieur Duceppe avec le candidat con......servateur (mon clavier a des problèmes quand je tape "con......servateur"; faudrait que j'en parle à mon fils) de Louis-Hébert.

Toutefois, ce qui m'amène à vous écrire ce soir vient plutôt des réflexions de quelques amis du Bloc rencontrés sur place et qui "m'accusent" d'avoir prôné l'abstention à l'élection fédérale voire même appelé à un vote pour un autre parti que le Bloc Québécois sur mon blog. On m'a dit que cette information était entendue un peu partout au sein du parti; en bref et dans le jargon, qu'elle était "spinnée". Un député bloquiste de la rive-nord de Québec, dont je taierai le nom, a même fait circuler la rumeur, en début de campagne, que je m'apprêtais à voter con......servateur.

C'est bien mal me connaître que de penser ainsi. Si j'étais parano, j'imaginerais un complot pour me nuire. Je mets donc au défi mes détracteurs de me citer une phrase dans les messages du 5 octobre, du 29 septembre, du 27 septembre, du 9 septembre, du 5 septembre ou du 9 août où je propose de s'abstenir à l'élection fédérale ou encore pire où j'inciterais à voter con.....servateur.

Il est vrais que le message du 9 août peut porter à con.....fusion pour des esprits tordus. J'y déclare, bien avant qu'il ne soit question d'élections fédérales automnales, qu'il faudrait cesser de voter à Ottawa et de faire la souveraineté afin d'en finir avec les programmes fédéraux qui vont à l'encontre des valeurs québécoises. Logiquement, c'est tout ce qu'un souverainiste veut: cesser de voter à Ottawa un moment donné.

Mon blog n'est pas lu par un grand nombre de personnes mais le bouche à oreille destructeur fait son oeuvre de manière exponentielle et rien ne peut l'arrêter. Merde aux cons.....pirateurs con.....sanguins qui con....sacrèrent du temps, cons....ciemment, à vouloir diffuser de fausse rumeurs à mon sujet. Je vous con....seille, à titre de victime non con...sentante, de faire con...sensus sur les con...séquences de vos gestes aux répercussions con...sidérables et je souhaite que vous con.....sentissiez à retirer vos paroles. Advenant le cas où vous ne le fassiez pas et que j'entende, à nouveau des con....versations désobligeantes à mon égard, je con....signerai celles-ci et demanderai à mes avocats de dresser un cons...tat con....sistant qui cons....tituera un document à remettre aux cons....tables désignés pour faire régner l'ordre public. Il ne fait pas doute qu'une con....travention vous sera alors remise et, à moins que vous ne souffriez de cons...tipation cons....tante cons....tituant une bonne raison pour ne pas aller en prison vous en serez quitte pour con....sulter mes messages précédents et me demander bien humblement des excuses.
François, mon clavier a vraiment des problèmes........! Sachez donc, une fois pour toute, que je voterai donc Bloc le 14 et que je vous incite à en faire autant.

vendredi 10 octobre 2008

Il faut remettre la "taxe Tobin" à l'ordre du jour !

Dans la dernière édition de L'Aut'journal sur le web, vous trouverez un article de l'organisation Attac-Québec (ASSOCIATION QUÉBÉCOISE POUR LA TAXATION DES TRANSACTIONS FINANCIÈRES ET POUR L’ACTION CITOYENNE) intitulé "Des règlementations et des taxes" . Nous y trouvons plusieurs pistes de solution pour sortir de la crise spéculative actuelle. Vingt-cinq année de laxisme sont la cause de cette grave crise qu'il faudra écoper comme consommateurs.


En 1972 (il y a donc 36 ans) un prix nobel d'économie, James Tobin, proposait l'imposition "d'une taxe sur les transactions monétaires internationales afin de désinciter à la spéculation".



Avec des si on va à Paris........mais si on l'avait écouté je crois que nous n'en serions pas là aujourd'hui. Toutefois, il n'est jamais trop tard pour bien faire et j'espère que le FMI remettra cette taxe à l'ordre du jour.

jeudi 9 octobre 2008

Vaste campagne de désinformation au menu.


J'entendais le Premier Ministre Harper déclarer à plusieurs reprises, lors d'une entrevue à Radio-Canada à l'heure du souper, que les Libéraux instaureraient de nouvelles taxes qui videraient nos porte-feuilles s'ils étaient élus. Il faisait allusion à la taxe sur le carbone prévue dans le Plan Vert de Stéphane Dion. Les personnes le moindrement informées savent que cette taxe sur le carbone n'entraînerait que des bénéfices à la société. Plusieurs pays européens l'ont adopté depuis plusieurs années et leur bilan environnemental ne s'en porte que mieux. Stephen Harper donne dans la désinformation totale à des fins purement électorales. Il lui reste quelques jours pour démoniser les Libéraux, le NPD et le Bloc. Il a passé sa campagne à dire le contraire de la vérité et il continuera jusqu'au 14 octobre.

Il s'inspire évidemment de nos voisins Américains. Au sud de la frontière le camp McCain/Palin pousse la désinformation à l'extrême limite. Pour l'instant les résultats ne sont pas probants mais il reste un mois pour marteler le message. Le dernier en liste: Obama est un terroriste. Une pub circule sur internet actuellement pour étayer cette théorie.



Du sophisme à l'état pur ! Mais le résultat est là et le doute est semé !

mercredi 8 octobre 2008

L'ignorance et l'incompétence


Il est 13 h 45 et je viens de sortir d'une expérience traumatisante en cotoyant de l'incompétence qui coûte cher. À la suite d'une chute en bas de mon échafaudage, dont je vous ai parlé dans un message daté du 18 août dernier, j'avais abandonné l'idée de terminer par moi-même la couverture de ma maison ancestrale en bardeaux de cèdre. Les ouvriers disponibles pour faire ce genre de travail étant rare comme de la merde de pape, j'étais tout heureux de croiser sur mon chemin un ouvrier qui était à recouvrir les murs d'une maison de ce matériaux. Comme le travail accompli sur cette maison me semblait bien, je le croyais apte à terminer ma couverture.

Il vint me faire une proposition d'embauche il y a une quinzaine de jours. Le tarif demandé était élevé mais comme j'étais coincé, j'ai quand même accepté. Dès la première journée de travail j'ai bien vite compris qu'ils (ils étaient deux car qui se ressemble s'assemble) ne savaient pas travailler dans le sens du monde, que la tension montait entre eux et moi et que toutes remarques de ma part m'étaient retournées avec mépris. J'ai autant de difficulté à cotoyer l'ignorance que l'incompétence. Selon le Principe de Peter, on a aucun intérêt à engager un ouvrier de plus de 40 ans à moins que sa compétence soit reconnue de tous. J'ai fait de nombreuses constructions tout au long de ma vie entouré de jeunes ouvriers qui voulaient apprendre et je n'ai que rarement vécu (heureusement) une expérience comme je viens de vivre. Heureusement, une toiture de bardeau peut durer au moins 30 ans.

Obama et les racistes américains !


L'attitude de John McCain, son non verbal et même son verbal laisse transpirer toute la haine qu'il porte envers Barack Obama. En utilisant l'expression "that one" pour identifer le candidat démocrate il démontre à quel point de vieux relents de racisme le domine.




Dans le dernier droit qui mène à l'élection du 4 novembre Barack Obama aura à subir les pires outrages sans broncher. Toutefois, comme tout membre d'une "communauté visible" (expression exécrable s'il en est) il a su composer, sa vie durant, avec ces insultes subtiles ou directes.

Richard Hétu, dans son blog de ce matin nous apprend que certains racistes de Philadelphie demeurent indécis et songent même à voter pour Obama devant l'incertitude économique.

S'il passe au travers, si les Américains lui font confiance et l'élisent Président le 4 novembre Barack Obama sera toujours considéré comme une aberration par un bon nombre de blancs américains.

Alexandre Sirois, dans La Presse de ce matin, signe un petit billet intitulé Obama le terroriste. D'entrée de jeu il écrit:

"Qui est le véritable Barack Obama, selon les partisans de John McCain et Sarah Palin?
A) Un terroriste.
B) Un traître.
C) Peu importe, il faut le tuer.
D) Toutes ces réponses. "

McCain et Palin joue avec le feu volontairement en excitant les racistes blancs afin de gagner des points.

dimanche 5 octobre 2008

À une semaine de la balkanisation.


J'utilise volontairement un mot qui fait peur "la balkanisation" dans mon titre pour parler de l'issue des élections fédérales qui se dérouleront mardi le 14. Nous nous acheminons, il semble bien, vers un scénario idéal pour les forces souverainistes: un gouvernement fédéral majoritairement formé de Conservateurs provenant de l'extérieur du Québec. Le vote Conservateur semble vouloir s'essoufler ici alors qu'il prend de la vigueur au Canada. Par ailleurs, le vote bloquiste se consolide et se raffermit ici.

Pierre Dubuc dans l'Aut'journal de cette semaine décrivait très bien cette fragmentation prévue du Canada à la suite des élections à venir. Dans UN VOTE STRATÉGIQUE POUR LA SOUVERAINETÉ Dubuc nous incite, plus que jamais, à voter pour le Bloc Québécois afin de créer un contexte politique qui facilitera notre combat. Un Gouvernement Harper élu sans le Québec, un Gouvernement Charest qui reprend la lutte pour la reconnaissance d'un statut particulier pour le Québec appuyé par les deux partis d'opposition voilà de bons ingrédients pour faire lever la pâte.

jeudi 2 octobre 2008

Please don't vote !

Je viens de voir sur le blogue de Richard Hétu, journaliste de La Presse basé aux États-Unis, une vidéo provenant de You Tube et réalisée afin d'inciter les jeunes à s'inscrire sur la liste électorale, avant le 4 octobre, pour avoir droit de vote à l'élection présidentielle américaine. Quelques artistes, un message simple mais percutant, une incitation à l'envoyer à ses amis et voilà qui est fait les réseaux font le reste.





Nous réalisons, à chaque jour, la force que représente le Web dans une campagne électorale. Très rapidement un message peut être transmis à des millions de personnes à condition d'être bien fait et attirant.

Parfois on espère qu'un message mal conçu ne soit pas vu par un trop grand nombre de personnes. C'est le cas du clip tourné par la Permanence nationale du Parti Québécois et mettant en vedette Pauline Marois.



Heureusement seulement 377 personnes l'ont visionné sur You Tube. Un fond de scène affreux et un texte banal voilà les deux ingrédients essentiels à un flop. Espérons que l'équipe des communications du Parti Québécois devienne plus efficaces dans le domaine des nouvelles technologies avant la prochaine campagne électorale.

lundi 29 septembre 2008

Les conservateurs bitumineux !

L'exploitation des sables bitumineux est un sujet économique et environnemental qui peut susciter une certaine réflexion dans la population et je ne comprends pas pourquoi les souverainistes québécois ne l'ont pas encore utilisé comme argument pour convaincre de l'urgence de quitter le Canada pour partir notre propre business: le pays du Québec ! François Cardinal ne va pas jusqu'à proposer l'indépendance du Québec dans son article de la Presse mais il trace un portrait fort juste de la situation catastrophique qui nous guette à court terme.

Je vous parlais, il y a quelques messages, de mes deux concitoyens qui voteront conservateur même si leur tendance naturelle serait de voter pour le Bloc. Dans le fil de la conversation j'ai abordé le dossier des sables bitumineux et du rôle important qu'a joué le gouvernement fédéral en subventionnant, à coup de plusieurs centaines de millions, la recherche et le développement de cette exploitation. J'ai senti alors que nous n'avions pas à gratter bien loin pour faire ressortir toute l'injustice que représente ce "coup de pouce" fédéral à une industrie qui ne rapporte rien au Québec. Ce coup de pouce dont nous payons environ 20% par nos impôts et taxes fédérales.

Mais il ne faut pas s'arrêter là. Il faut alors parler des conséquences environnementales de cette exploitation des sables bitumineux considérée comme le plus grand projet industriel de l'histoire et le plus destructif pour la planète. Après la destruction des forêts amazoniennes, l'exploitation des sables bitumineux devient donc la deuxième plus grande destruction de forêts sur terre. Pour chaque baril de pétrole produit nous avons besoin de 5 barils d'eau qui ne sont pas traitées et forment des bassins visible de l'espace. À moyen terme il y aura production de 3 millions de barils de pétrole par jour (donc l'utilisation de 15 millions de barils d'eau par jour....moyenne piscine !) La dépollution coûtera un bras, sera sûrement grassement subventionnée et nous en paierons, comme Québécois, autour de 20% sans en avoir retiré un seul dollar de bénéfice.

Alors, vivement à nos calculettes et donnons-nous un argumentaire solide sur la nécessité de quitter le Canada avant que les coûts de la dépollution ne nous atteignent. Faisons du Québec le pays le plus écologique au Monde; un modèle dont voudront s'inspirer toutes les nations. C'est réaliste...........faut juste le vouloir !


dimanche 28 septembre 2008

La planète bleue !

Je vous ai souvent parlé de la planète où je vis. Pas la belle boule bleue, non la planète bleue que représente la région de Québec, le Conservativeland, l'Adéquistan, le Québec tranquille, et pourquoi pas le Québec profond. Jean-Simon Gagné en parle de façon imagée dans le Soleil de cette semaine dans une chronique intitulée justement LA PLANÈTE BLEUE.


Dans ce monde parallèle au mien, on aime bien les américains, on les vénère. On préfèrerait parler anglais plutôt que français et on aimerait bien pouvoir envoyer nos enfants dans des écoles anglaises afin qu'ils puissent gravir les échelons; on méprise les arts et les artistes, tous des tapettes subventionnés; on déteste le Québec et sa façon de faire (le modèle québécois), on rêve de fuir ce goulag des libertés. On écoute CHOI RADIO X et on en épouse l'idéologie de droite intolérante.


J'ai assisté, hier soir au Moulin du Portage, à un spectacle dont le public était essentiellement composé d'habitants de cette planète bleue. Le spectacle d'un groupe d'excellents musisiciens, francophones de Portneuf, qui, à l'instar de plusieurs autres groupes francophones, chantent en anglais. The Spleen offre un spectacle de qualité devant des fans qui portent bien leur nom: de véritable fanatiques. Je n'avais jamais vu un aussi grand rassemblement de calottes vissées sur la tête qu'hier soir au moulin. Je n'y avais non plus jamais vu un si vibrant accueil à un groupe de musique et une ambiance aussi survoltée. Les habitants de la planète bleue sont solidaires comme de vrais moutons. Vu du balcon, j'y ai vécu un véritable choc culturel.


Je suis persuadé qu'un sondage politique fait dans cette salle aurait donné une majorité écrasante aux Conservateurs. Quand je cotoie les habitants de la planète bleue, j'ai peur pour l'avenir du Québec. J'ai peur que l'on devienne un gros Nouveau-Brunswick comme disait l'autre. Un peuple ayant les attributs d'une nation mais qui ne sera pas allé au bout de ses rêves.

samedi 27 septembre 2008

Le débat sur la pertinence du Bloc à Ottawa, un reflet de notre schizophrénie nationale!

Je parlais, l'autre soir, à deux personnes, intelligentes et informées, qui s'apprêtaient à voter conservateur. Je dis bien "intelligentes et informées" car je sais que ces deux personnes sont politisées et suivent l'actualité plus que la moyenne des ours. Et pourtant rien ne peut les faire changer d'avis: elles voteront conservateur parce qu'elles sont tannées du Bloc. Une de ces personnes est membre en règle du Parti Québécois et soutient la souveraineté du Québec; elle arbore même un beau drapeau du Québec sur un mât près de sa résidence. La schizophrénie totale d'une bonne partie de notre peuple tient dans ces deux personnes intelligentes et informées qui aiment bien parler de politique.

Dans l'Action Nationale, à paraître en octobre, Robert Laplante (toujours aussi brillant dans ses textes) y va d'un éditorial intitulé: "La vérité du régime et les principes de notre lutte" que je vous invite à lire et à méditer.

Permettez-moi d'en citer le dernier paragraphe:

"Un peuple ne peut se construire ainsi à toujours se diviser contre lui-même. La pertinence du Bloc, c’est essentiellement à cela qu’elle tient : au refus de la politique de survivance. Son utilité, nous la trouvons dans ce qu’il symbolise un refus du régime que nous vaincrons le jour où nous serons capables d’accorder nos principes aux gestes de rupture qui s’imposent. Commençons par rompre avec le laxisme moral qui consiste à mener de faux combats pour mieux fuir les choix difficiles que nous dicte la vérité de notre lutte. Le Canada n’est pas notre pays. Ayons la force et l’intransigeance de l’affirmer pour mieux aider les députés du Bloc à trouver la bonne voie dans les dédales de la politique d’annexion qu’ils auront à contrer de l’intérieur et dans un paysage idéologique tout entier façonné par les leurres de la rhétorique et les simulacres de pragmatisme dans lesquels se drapent les inconditionnels de notre servitude.

Pour le reste, il faudra continuer. Et recommencer, encore et toujours, dans l’opiniâtreté des « siècles de l’hiver » (Miron). Nos outils sont imparfaits, mais ce sont nos outils. "

Du grand Laplante............comme à l'habitude !

vendredi 26 septembre 2008

Une semaine de dur labeur !


Mes fidèles lecteurs et lectrices se demandaient sûrement: "Mais où est donc Pierre ?" Une semaine sans message sur le blog le plus lu au Québec ! Voilà, le compte à rebours est débuté. Les outardes sont revenues, les feuilles rougissent et tombent; les geais bleus sont de retour et réclament leurs arachides quotidiennes; on sent l'hiver qui s'en vient à grands pas. L'automne, à la campagne, amène un rituel que les urbains ne connaissent pas. Que de choses à faire avant la première tempête de neige qui paralysera tout. Le bois de chauffage du prochain hiver à entrer (parce qu'on chauffe exclusivement au bois ici) et l'abattage, le débitage et la fente du bois pour l'an prochain; le jardin à défaire et à préparer pour la nouvelle saison et les légumes à traiter; les derniers travaux à entreprendre ou à terminer. Dans mon cas, j'ai encore une galerie à construire; une remise à vider de son contenu accumulé où il faut par la suite enlever le plancher de bois et le remplacer par un en ciment; la toiture en bardeaux de cèdre de la maison à terminer et toutes autres choses qui ne sont pas sur ma liste. Chaque jour compte dans cette course contre la montre. "Tu n'en finira jamais et c'est ça qui est important" comme le dit Félix dans sa chanson "Pour bâtir une maison" Vous comprendrez donc que les prochaines semaines seront plus physiques qu'intellectuelles et blogueuses.

vendredi 19 septembre 2008

De retour après un coma de quelques jours !


Je peux, enfin, profiter à nouveau de mon ordinateur. Mon fils François, technicien en informatique, a, encore une fois, fait des merveilles. Faut dire qu'il s'est toujours intéressé, comme son père d'ailleurs, à l'informatique depuis son plus jeune âge à l'époque du Timex Sinclair. J'avais acheté cet ordinateur, les logiciels une imprimante et un clavier chez Compucentre, magasin spécialisé en informatique. On parle d'il y a 25 ans.

Ce petit ordinateur se vendait autour de 100$ et avait une mémoire de 2 Ko; j'avais aussi acheté l'extention de mémoire afin de porter celle-ci à 16 Ko, une vraie bombe. Les logiciels que l'on installait sur cet ordinateur se trouvaient sur des cassettes audio que l'on faisait jouer sur un lecteur standard branché sur l'ordi par une prise d'écouteur. En ce qui concerne l'écran on devait se contenter d'une télévision noir et blanc. La petite imprimante, reliée à cet ordinateur, n'utilisait pas un papier standard mais plutôt un rouleau de papier thermique d'environ 10 cm de large. J'ai encore dans les narines la senteur de papier brulé qu'elle générait.

On pouvait aussi écrire nous-mêmes nos programmes sur cet ordi. Toutefois, il fallait le faire en langage BASIC ce qui donnait un texte comme ceci:


10 INPUT "Quel est votre nom"; NOM$
20 PRINT "Bonjour "; NOM$
30 INPUT "Combien d'étoiles voulez-vous"; NOMBRE
40 FOR I = 1 TO NOMBRE
50 ETOILE$ = ETOILE$ + "*"
55 NEXT I
60 PRINT ETOILE$
70 INPUT "Voulez-vous plus d'étoiles"; ETOILE$
80 IF LEN(ETOILE$) = 0 GOTO 70
90 ETOILE$ = LEFT$(ETOILE$, 1)
100 IF (ETOILE$ = "O") OR (ETOILE$ = "o") THEN GOTO 30
110 PRINT "Au revoir ";
120 FOR I = 1 TO 200
130 PRINT NOM$; " ";
140 NEXT I
150 PRINT
10 INPUT "Quel est votre nom"; NOM$
20 PRINT "Bonjour "; NOM$
30 INPUT "Combien d'étoiles voulez-vous"; NOMBRE
40 FOR I = 1 TO NOMBRE
50 ETOILE$ = ETOILE$ + "*"
55 NEXT I
60 PRINT ETOILE$
70 INPUT "Voulez-vous plus d'étoiles"; ETOILE$
80 IF LEN(ETOILE$) = 0 GOTO 70
90 ETOILE$ = LEFT$(ETOILE$, 1)
100 IF (ETOILE$ = "O") OR (ETOILE$ = "o") THEN GOTO 30
110 PRINT "Au revoir ";
120 FOR I = 1 TO 200
130 PRINT NOM$; " ";
140 NEXT I
150 PRINT


Dans un article décrivant ce petit ordinateur à 100$ il est dit: "This type of product can have the same impact as the car did 100 years ago," says Ross. He's right. The power of the computer is enormous. It could - and probably will - change the way you and I work, shop, and spend our leisure time." Que pouvons-nous ajouter ?

Voilà donc pour l'origine de l'intérêt de François pour l'informatique et problablement une des raison pour laquelle il est si bon et apprécié dans le domaine; voilà pourqoi il a soigné mon DELL et que je peux à nouveau écrire sur mon blog. En passant, j'ai récupéré toutes mes données mais ne suis toujours pas à l'abri de la grande destruction.